Examen

Au terme des 5 années d’étude, l’objectif est de devenir des acteurs de la santé animale après avoir répondu aux  exigences de l’épreuve d’aptitude géré par la Conseil National de l’Ordre des Vétérinaires. Celle-ci consiste en :

A – une épreuve écrite d’admissibilité : Un questionnaire à choix multiples (QCM) de 120 questions qui comprend trois parties :

Sur la base d’une minute par question et du temps nécessaire à prendre connaissance des consignes et/ou à renseigner les informations administratives sur les documents, la durée de l’épreuve d’admissibilité est fixée à 130 minutes.

  • 1. Une première partie de 36 questions porte sur les disciplines fondamentales notamment l’anatomie, la physiologie animale, l’histologie et la biochimie
  • 2. Une deuxième partie de 36 questions porte sur des disciplines transversales incluant, outre les bases de zootechnie et d’alimentation, des aspects de droit, d’éthique et de santé publique ;
  • 3. Une troisième partie de 48 questions porte sur les disciplines cliniques, essentiellement sur le diagnostic d’exclusion et les disciplines ostéopathiques.

À chaque question sont en général associées 5 réponses possibles. Chaque question ne doit attendre qu’une seule solution clairement identifiable et sans ambiguïté. Quelques questions peuvent être associées à une seule réponse ouverte

Les compétences des candidats à l’épreuve d’admissibilité sont validées dès lors qu’ils justifient d’un score minimal de 70 bonnes réponses sur 120.

L’examen se déroule sur un support informatique

B – une épreuve pratique d’admission

L’épreuve pratique se déroule sur un animal domestique des espèces ou des groupes d’espèces animales possibles suivants :

  • un chien ou un chat (Canis lupus, Felis silvestris) ;
  • un équidé (Equus caballus, Equus asinus ou un hybride des deux) ou un bovin (Bos taurus) ;

L’espèce animale ou le groupe d’espèces animales est affecté à chaque candidat par tirage au sort
organisé par le Président du jury

L’épreuve pratique a pour objectif de vérifier que les personnes pratiquant des actes d’ostéopathie animale sont en capacité de :

  1. D’aborder et de contenir un animal en toute sécurité pour l’animal et pour les personnes présentes, dans le respect des règles du bien-être animal et de  l’éthique, de donner toutes les instructions pour se faire aider de façon efficace ;
  2. De recueillir à l’anamnèse et mettre en œuvre des tests en adéquation avec la sémiologie clinique spécifique à l’ostéopathie animale afin d’établir des propositions de manipulations ostéopathiques ;
  3. D’identifier les cas nécessitant une prise en charge par un vétérinaire et en s’abstenant de toute manipulation pouvant aggraver l’état de l’animal, gêner l’établissement du diagnostic d’une affection intercurrente, notamment d’une maladie légalement réputée contagieuse ;
  4. De savoir en référer au professionnel compétent et disposant des moyens techniques nécessaires, autant que de besoin ;
  5. De mettre en œuvre les  manipulations ostéopathiques adaptées ;
  6. De savoir donner les consignes de suivi et de rééducation de l’animal permettant d’optimiser le résultat de la manipulation ;
  7. De démontrer la connaissance ‘une éthique professionnelle respectant la confiance du propriétaire.

La première partie de l’épreuve pratique comprend :

  1. La conduite du recueil des commémoratifs et l’examen d’un animal au regard de la
    sémiologie clinique spécifique à l’ostéopathie ;
  2. La formulation de propositions de manipulation ostéopathique ;
  3. L’élaboration de recommandations.

La deuxième partie de l’épreuve pratique comprend :

  1. La réalisation pratique de manipulations demandées par l’examinateur
  2. L’analyse et la discussion d’une situation rencontrée communément.

Seules, les personnes ayant réussi les deux épreuves mentionnées précédemment sont inscrites sur le registre national d’aptitude (RNA) établit par le conseil national de l’ordre des vétérinaires et peuvent traiter des animaux domestiques en toute sécurité, de façon efficace, en collaboration avec les acteurs habituels des soins animaliers, qu’il s’agisse de vétérinaires ou d’autres soignants.

L’acquisition de ces ressources forment une combinaison de connaissances (les savoirs), d’aptitudes (les savoir-faire) et d’attitudes (les savoir-être) appropriées à la mise en place efficace d’une action dans une situation donnée.

L’acquisition de ces ressources forment une combinaison de connaissances (les savoirs), d’aptitudes (les savoir-faire) et d’attitudes (les savoir-être) appropriées à la mise en place efficace d’une action dans une situation donnée.

Lieux des centres d’examen :
– L’École nationale vétérinaire de Nantes ONIRIS – Atlanpôle La Chantrerie CS 40706 44307 Nantes
Cedex 03.
– L’École nationale vétérinaire de Lyon VetAgro Sup – 1 avenue Bourgelat F-69280 Marcy l’Etoile.
N.B. : L’épreuve pratique se déroule dans le Centre Hospitalier Universitaire Vétérinaire ou sur un site partenaire du centre d’examen. L’information est précisée dans la convocation.

Lien sur le site web de l’ordre des vétérinaires pour connaitre les modalités de l’épreuve d’aptitude :

https://www.veterinaire.fr/fileadmin/cru-1625868669/user_upload/Ressources_documentaires/Osteopathie_animale/PRAOA_maj_102019/Reglement_des_epreuves_d_aptitude_OA_CNOV_V4.1_validation_CNOV_du_24-09-2020.pdf